En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
France pays France (changer de pays)
              Recherche Avancée                                             Mon compte

Fiche Livre

Téléchargez le livre :  La "Mère de Dieu" dans la tourmente révolutionnaire

La "Mère de Dieu" dans la tourmente révolutionnaire


Alain Landurant
Éditions Glyphe
Format : ePub
6,99



    Lire un extrait
RÉSUMÉ DU LIVRE - MOT DE L'AUTEUR - MOT DE L'ÉDITEUR
Suivez le parcours atypique de Catherine Théot, connue pour ses prédictions et incarcérée à la Bastille, jusqu'à l'aube de la Révolution française...

Le destin de la Mère de Dieu est à la fois inattendu et étonnant. Née le 5?mars 1716 à Barenton en Normandie, Catherine Théot prétendit dès son adolescence être la Mère de Dieu. À Paris, elle est vite remarquée pour ses prédictions, notamment des persécutions religieuses… Réputée folle, elle est incarcérée à la Bastille en 1779, puis à la Salpêtrière. Elle sera libérée en 1788, guérie?! À sa sortie, Catherine Théot découvre un Paris où fourmillent des illuminés, des gourous, des prophètes. Elle va créer deux petites chapelles dont les rites initiatiques s’inspirent de ceux de la franc-maçonnerie. Aux premières heures de la Révolution, Catherine Théot noue des relations avec des personnages influents. Averti, le directeur du comité de Sûreté générale, Guillaume Vadier, manœuvre en coulisse pour renverser Robespierre. Il implique la «?Mère de Dieu?» dans un complot qui aboutira au 9 Thermidor et à la fin de la Terreur. C’est ainsi que la Mère de Dieu entre dans l’histoire.

Découvrez le récit historique du destin étonnant de la dénommée Mère de Dieu, l'une des grandes figures féminines de la Révolution française qui a fréquenté des personnages de premier plan et participé au complot visant à renverser Robespierre.

EXTRAIT

À l’automne 1793 éclate la crise religieuse qui oppose spiritualistes et athées. Deux grandes figures de la Convention vont s’affronter : Robespierre et Guillaume Vadier. Robespierre, disciple de Rousseau, est un spiritualiste, d’où sa volonté d’instaurer le culte de l’Être suprême, qui sous-entendait une référence au Grand Architecte de l’Univers, voire Dieu. Il ne cachait pas son aversion pour l’athéisme, déclarant même « vomir l’athéisme ». Face à lui, Guillaume Vadier, disciple de Voltaire, athée, est un farouche républicain. C’est à la faveur d’une enquête policière menée en janvier 1793 par Chaumette sur Catherine Théot que Guillaume Vadier tombe par hasard sur le dossier de la « Mère de Dieu » et va mettre en œuvre un complot politico-policier pour renverser l’Incorruptible, lequel se vantera après le 9 Thermidor d’avoir « anéanti, fini, abîmé Robespierre et son Être suprême, avec la complicité du Comité de salut public. »
À soixante-treize ans, la « Mère de Dieu » inscrit son destin dans les pages de l’histoire de France. Croiser des destins aussi dissemblables que ceux de Catherine Théot, Robespierre et Vadier relevait du défi. La destinée de la « Mère de Dieu », Normande quasiment illettrée, vivant dans sa « petite église de la Contrescarpe » mérite une place dans la galerie des oubliés de l’histoire de France.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Alain Landurant, lauréat de l’Académie française en 1994 pour son ouvrage Symboles des manuscrits médiévaux du Mont Saint-Michel, a consacré pendant quarante ans ses travaux d’historien à sa province d’origine, la Normandie. Il a également écrit deux biographies remarquées, Montgommery le Régicide en 1988 et Bellavidès le chouan de l’Avranchin en 2006.


Ceux qui ont été intéressés par La "Mère de Dieu" dans la tourmente révolutionnaire ont aussi consulté :









Bréal en numérique

Les profils d'une oeuvre en numérique !